Une voie royale pour la capitale européenne de la Culture

Le projet d’aménagement de la promenade du Paillon est bien plus que cela, elle est la colonne vertébrale du projet de candidature de Nice, capitale européenne de la Culture.

C’est cette évidence que j’ai énoncé au moins par trois fois pendant la première réunion publique (hélas en visio) accompagnant l’enquête publique organisée par la spécialiste des travaux d’exception niçois Anne Ramos. En effet, il faut cesser de penser que la culture serait la valeur d’ajustement du projet de prolongement de la coulée verte. Elle en sera avec l’environnement l’élément central.

C’est ainsi que les deux salles de l’actuel TNN (963 et 318 places) seront remplacées par la salle des Franciscains et ses vertigineuses possibilités scéniques (350 places, premiers spectacles en janvier) ainsi que par la grande salle moderne crée au Palais des Expositions (800 places… plus un auditorium de 1000 places). Mais il y a encore plus novateur pour les futurs spectateurs : pendant la période de transition, Muriel Mayette-Holtz va se lancer dans une excitante séquence de théâtre hors les murs. Dans un premier temps, on retrouvera des productions du TNN au théâtre Lino Ventura à l’Ariane, à l’Opéra, à la Diacosmie, au théâtre Francis Gag et, dans un deuxième temps, dans la toute nouvelle salle Iconic (350 places) sans oublier le Château et le Kiosque.

Or, il y a fort à parier qu’à la lumière de ses expériences qui correspondent si bien à son tempérament MMH conserve en grande partie ces opportunités de « Hors les murs » qui vont lui permettre de relever d’audacieux défis artistiques.

Quand on sait que le projet va s’accompagner d’une cinémathèque toute neuve, d’un MAMAC rénové et enfin accessible et d’une prolongation en direction d’un 109 dédié à l’innovation, on peut se dire que les amateurs de culture peuvent se réjouir de l’avenir. Voire de manifester une certaine impatience. Même si on sait qu’avec l’équipe d’Anne Ramos (au sein de laquelle j’ai retrouvé Laure Michelis, mon ancienne et brillante étudiante de Droit Public), le rythme sera d’enfer.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans culture, politique locale, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s