Festival du Livre de Nice : trois journées refondatrices

Les trois jours du Festival du Livre 2021 resteront dans nos mémoires d’amoureux des livres, d’auteurs et de citoyens comme étant symboliquement refondatrice d’une vie culturelle normale, c’est-à-dire pour la cinquième ville de France, intense, forcement intense.

Si je me repasse le film de ces trois journées passées presque exclusivement au stand des Journées suspendues la librairie de l’avenue Borriglione, je vois des centaines de visages et me remémore de très nombreuses dédicaces : anciens étudiants, lecteurs fidèles de ma prose, voisins, comédiens, citoyens curieux de politique, amis, responsables culturels, élus. Mais, par-dessus tout, ces anonymes avec qui le dialogue s’engage à propos d’un livre et qui repartent bien souvent avec celui-ci.

Qu’il me soit permis également de saluer l’omniprésence de Christian Giraud et de mon ami Jean-Luc Gagliolo. Ainsi qu’une sympathique délégation du PRG de l’Allier avec Isabelle Rechard.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans culture, littérature-théâtre, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Festival du Livre de Nice : trois journées refondatrices

  1. Emmanuel dit :

    Je suis content pour toi et aussi les sympathiques libraires des Journees suspendues. Encore ivre de livres 😉👍😘

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s