C’était notre Lviv de la Mitteleuropa

En 2006 et en 2010, Gump qui affectionne les raids solitaires à l’aube dans les grandes villes avait parcouru avec bonheur les grandes artères de cette ville très Mitteleuropa qu’était Lviv (voir photo ci-dessus). À l’époque si paisible, celle qui est aujourd’hui symbole de Résistance, nous avait inspiré les textes suivants :

Chaque voyage génère au moins une bonne surprise. En 2010, celle-ci sera ukrainienne avec la superbe ville de Lviv. Cette grande cité de l’ouest du pays fut pour nous une vraie découverte. Il faut dire que celle que les Russes appelaient Lvov (je voulais primitivement rendre hommage à Polnareff en titrant ce billet « Lvov me, please Lvov me », mais j’y ai finalement renoncé pour ne pas être accusé de russophilie galopante !) a un passé en forme de kaléidoscope. Ne dit-on pas que les grands-parents des habitants actuels ont changé huit fois de nationalité sans bouger de leur maison ? Nés au début du siècle austro-hongrois, ils seront successivement russes, à nouveau austro-hongrois, ukrainiens, polonais, soviétiques, allemands, et à nouveau soviétiques, avant de redevenir ukrainiens en 1991.

Ce riche passé a, bien entendu, laissé des traces. Seule l’importante population juive a disparu du paysage, liquidée avec son ghetto pendant la Shoah. L’architecture est particulièrement représentative de ces mélanges orchestrés par l’histoire. De l’église arménienne à la chapelle du marchand hongrois, en passant par le monastère des bénédictins, nous en avons été les témoins éblouis.

Pour des raisons économiques, les travaux de restauration restent embryonnaires, ce qui fait que l’ensemble reste d’une émouvante authenticité. La population elle-même semble déborder d’énergie dans ces rues où les jeunes chantent, dansent, ou « passeggiatent » pendant que les plus anciens jouent aux échecs, parce que c’est l’été. Bref, nous ne regrettons pas ce live à Lviv.

Dominique pour sa part en avait fait un épisode particulièrement suave de sa série : « Soirs d’été à …« 

Sur « stometrovka », la promenade de l’allée centrale de la rue Svodody, bordée de grands arbres, qui prolonge l’esplanade de l’Opéra, il me semble ce soir avoir retrouvé un peu de l’innocence croisée les années précédentes du côté de Tirana et des Bouches de Kotor, avec des enfants habillés en enfants, des familles qui se promènent en famille, des amoureux un peu gauches, des anciens disputant d’âpres parties d’échecs…

Au-delà, dans le centre historique de Lviv, on a l’impression que tout le monde chante et surtout danse. Il y a tout d’abord un important festival de folklore international sur la place du Marché : nous avons l’occasion d’y admirer… des Basques espagnols, qui se taillent un franc succès. Tout autour, dans les cafés et dans les rues, c’est un tourbillon de salsa, de tango, de disco et même de danses ukrainiennes qui semblent avoir les faveurs d’un public enthousiaste un peu chauvin.

Enfin à Lviv, la lune, surtout quand elle est pleine, a l’occasion de faire la belle dans une ville si mal éclairée qu’on ne voit qu’elle. Elle en est tellement fière qu’elle oubliera ce soir, j’en suis persuadée, même si nous sommes proches des Carpates, de réveiller les loups-garous !

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans politique internationale, voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour C’était notre Lviv de la Mitteleuropa

  1. jeanpierrefouchy dit :

    C’est sympa de nous faire partager ces souvenirs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s