Habemus praesidem !

Le résultat est net et sans bavure mais comme c’est désormais la mode je me doute que très rapidement un procès en illégitimité va être instruit dans les jours qui viennent. Aussi je reprends ce soir ma casquette d’historien de la Ve République pour préciser un certain nombre d’éléments qui démontrent que l’élection d’Emmanuel Macron est une très belle performance.

1 – Tout d’abord, c’est le premier président réélu hors cohabitation. Valéry Giscard d’Estaing et Nicolas Sarkozy ont été battus. François Hollande n’a même pas pu se représenter. François Mitterrand et Jacques Chirac ont été réélus mais en situation de cohabitation c’est-à-dire sans exercer véritablement le pouvoir (2 ans pour le premier, 5 ans pour le second).

2 – Le score est plus fort que celui de De Gaulle 1965 (55,2) celui de Valéry Giscard d’Estaing 1974 (50,8), ceux de Mitterrand 1981 (51,76) et 1988 (54,02), celui de Chirac 1995 (52,6), celui de Sarkozy 2007 (53,06), celui de Hollande 2012 (51,64).

3 – Quant à l’argument du vote par défaut, il faut sérieusement le nuancer. Avec 27,84 % de voix au premier tour Macron 2 a un socle d’adhésion fort, là ou Chirac 2 avait fait 19,88 %des suffrages et… Macron 1 24,01%.

4 – La participation est faible mais, annoncée apocalyptique, elle reste contenue. Si on remet en cause une élection pour 25% d’abstentions que dire de la légitimité des présidents de régions LR ou PS élus avec 60% d’abstentions sans parler des parlementaires européens LFI ? Il faut donc raison garder tout en se posant les bonnes questions sur cette abstention qui touche toutes les démocraties.

5 – Notons aussi qu’Emmanuel Macron avait onze adversaires. Cinq lui reprochaient d’être trop à droite, six lui reprochaient d’être trop à gauche. On peut donc considérer – après un mandat entier – qu’il est bien le premier président centriste de la 5e République. Mais chacun sait que le Centre pur et dur n’existe pas et que le mandat sera un débat permanent entre le centre gauche et le centre droit. C’est une perspective qui n’est pas pour me déplaire.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans politique nationale, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s