Festival du Livre de Nice (3) : Sea, textes and sun

Patrick Mottard et Pinar Selek

Sous un chaud soleil, à quelques encablures de la mer, le Festival du Livre de Nice a retrouvé ses grandes heures.

Anciens étudiants, mariés, voisins, amis, collègues et surtout de nombreux inconnus. Un défilé (presque) ininterrompu de candidats à la dédicace voire à la réservation pour La caresse de Marlène que nous rejouons mercredi et jeudi au théâtre de l’Eau Vive. Je me suis fait engueuler par quelques lecteurs ayant tous mes livres parce que je n’écris pas assez vite.

Coté paddock, j’ai peaufiné avec mon ami Roger Aïm un projet d’adaptation théâtrale de son livre sur… Kant. Mais aussi l’occasion d’échanger avec Pinar Selek (photo ci-dessus), la sociologue turque qui au prix de sa liberté a défendu dans son pays les Arméniens et autres. minorités. Une belle personne.

En fin de journée – je l’ai dit à mon collègue Jean-Luc Gagliolo – on pouvait dire que le Festival du Livre de Nice avait retrouvé toute son aura et même, compte tenu de l’intérêt suscité par les nombreux débats, un peu plus.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans littérature-théâtre, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s