Show must go on : l’extraordinaire performance de Christophe Compain et de ses partenaires

Hier soir, nous étions au milieu du deuxième acte de ma pièce La caresse de Marlène quand, avec l’élégance qui le caractérise, Richard Zanca s’est éclipsé en coulisse sans que le public et… moi-même non nous en apercevions. En fait, victime d’un sérieux malaise, Richard sera pris en charge par les pompiers et conduit aux urgences d’où nous eûmes des nouvelles plutôt rassurantes. Ce qui m’autorise le petit billet qui suit.

Dans le deuxième acte, Richard joue en binôme le rôle de Gaëtan avec Christophe Compain, incarnant le héros à deux âges de sa vie. Du coup Christophe a dû se débrouiller seul pour, entre deux de ses textes, résumer ce que Richard devait dire pour que les spectateurs ne perdent pas l’histoire et que ses partenaires ne soient pas trop déroutés. Il a surmonté à merveille cette difficulté ne donnant de surcroit jamais l’impression d’être sur un fil. Du grand art.

Cela dit, ses partenaires se trouvèrent également en difficulté surtout si on sait qu’il y a pour cet acte une dizaine de comédiens embarqués dans une sorte de chorégraphie réglée en son temps avec minutie par la danseuse Marie-Pierre Génovèse. Emilie Boudet fut la première à devoir adapter sa séquence brésilienne avec un seul de ses deux amoureux et ce fut une autre chorégraphie pas du tout inférieure à l’habituelle. Simplement différente. François Lahaye un peu isolé sur les hauteurs de Sarajevo a relevé le défi d’un seul Gaëtan avec brio. Puis ce fut l’austère maman Chantal Galmiche confrontée à un seul fils indigne. Mille bravo aussi à notre « roockie » Ingrid Coinquet qui pour sa deuxième apparition en scène à géré l’affaire en comédienne confirmée. Je n’oublie pas non plus Valérie L’Héritier, Sophie et Jean-Christophe Vecchi et Michel Ausseil qui ont dû réinventer leurs placements sans paniquer. Et puis bien sûr un grand bravo à notre Marlène, Sabrina Paillé qui a improvisé un final avec une seule caresse sans perdre l’émotion nécéssaire à la réussite de la scène finale. Du coup le seul spectateur qui s’est aperçu de quelque chose dans cette salle complète avait un avantage : il était déjà venu la vieille !

Cette équipe est incroyable si on sait qu’en plus elle avait dû subir lors de la représentation de mercredi un nombre invraisemblable de défaillances de la technique. Bref comme dirait Valérie, je vous la fait courte : cette équipe-là , elle me donne envie de lui écrire trente pièces. Je commence dès que notre Richard sort de l’hosto.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans littérature-théâtre, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Show must go on : l’extraordinaire performance de Christophe Compain et de ses partenaires

  1. Valérie dit :

    bravo pour la prestation d’hier soir qui a su dégager malgré tout l’émotion générée par les sujets auxquels on pense parfois/souvent à l’approche de la soixantaine ! Bon rétablissement à Richard / Gaëtan et nous reviendrons voir la version originale une autre fois !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s