Sur un air de cithare 2, c’est parti…

Les enfants du paradis - 1

C’est devenu une tradition : mes pièces de théâtre sont régulièrement publiées dans la collection « Les enfants du paradis » des éditeurs Valérie D’Amodio et Eric Louis. Une nouvelle fois, c’est au café Nissa de la rue Gioffredo qu’ils m’ont présenté les premiers exemplaires de  » Sur un air de cithare 2″, tiré d’ une première version mise en scène par Henri Legendre il y a une dizaine d’années et réécrite par mes soins cette année pour le théâtre de l’Eau Vive et Fabienne Colson (il y est question de l’Europe et celle-ci a changé en dix ans !)

Feuilleter un nouveau livre est un moment émouvant et celui-ci, avec la très belle couverture de Laure Gauffridy, n’a pas dérogé à la règle. Et c’est bien pour prolonger cet état de grâce que, dans la soirée, je n’ai pas résisté au plaisir d’aller présenter l’ouvrage à la joyeuse troupe de L’Eau Vive qui était en train de répéter, sous la houlette de Fabienne Colson, le spectacle prévu pour les 7, 8, 9, 10 et 11 juin.

En attendant deux dates pour vos agendas :

Samedi 27 mai de 15 à 17 h, séance de dédicaces à la librairie Masséna en présence de comédiens.

Vendredi, samedi et dimanche 2, 3 et 4 juin : dédicaces encore et toujours,  mais cette fois, au Festival du livre de Nice.

Qu’on se le dise !

Eau vive - 1

Publié dans littérature-théâtre | Tagué , , | Laisser un commentaire

Ricardo Martinez le chilien

Dans la petite République de la permanence du 10, avenue Cyrille Besset, Richard Martinez a toujours eu un rôle à part.

Politiquement, il a souvent été le chef d’orchestre de la communication et de l’organisation matérielle de nos campagnes électorales. Théâtralement, il était le régisseur imaginatif et talentueux des spectacles du Petit Théâtre des Affranchis (il y a un mois encore avec la régie assez complexe de « Travel anecdotes »).

Avec le soutien sans faille et sous le regard parfois tendrement ironique de son épouse Véronique, il a été l’homme ressource de notre groupe atypique toutes ces dernières années.

« Hélas ! » l’Education Nationale reconnaissant enfin les mérites de ce passionné de pédagogie, a décidé de lui confier une importante mission : créer une école française de toute pièce… au Chili ! Précisément, ce Chili si symbolique pour les hommes de gauche de ma génération (mon engagement s’est cristallisé la nuit de la prise de la Moneda).

C’est dire si Richard (… et Véronique, difficile de les séparer ces deux-là!) va nous manquer.

Aussi, depuis quelques semaines, les petites fêtes se succèdent pour souhaiter bon vent aux deux aventuriers. Hier c’était au « Patoch’s family » où, dans une ambiance chargée d’émotion, un jumelage Santiago-Cyrille Besset été évoqué…

         

Publié dans Gauche Autrement, Uncategorized | Tagué | 21 commentaires

2e, 3e et 5e circonscriptions du 06 : mystère et boule de gomme…

La liste des candidats de la République En Marche 06 publiée hier est plutôt intrigante.

Bien sûr j’ai apprécié d’y retrouver Khaled Ben Abderrahmane et Nathalie Audin, militants expérimentés et appréciés que j’ai bien connus au PS, ainsi que Danièle Fillebeen que j’ai souvent croisée dans les années 2000 quand elle était responsable départementale des Verts. J’ai moins apprécié de ne pas retrouver le maire du Mas, Fabrice Lachenmaier, pourtant macroniste de la première heure.

Mais la question principale que je me suis posée – et les copains du Bureau départemental du PRG partagent bien ma perplexité – est la suivante : que signifie l’absence de candidats dans les 2e, 3e et 5e circonscriptions où vont se présenter des proches de Christian Estrosi ?

Espérons que le mystère sera bientôt élucidé et que la boule de gomme ne sera pas trop difficile à déglutir…

Publié dans politique nationale | Tagué | 12 commentaires

Pléonasmes à gogo…

Nicolas Koch, correcteur-relecteur professionnel, est un impitoyable chasseur de pléonasmes, son palmarès impressionnant est une belle leçon d’humilité. Personnellement, je pensais être immunisé parce que j’évitais soigneusement d’écrire « universelle panacée », « monter en haut », « prédire à l’avance » ou « être devant une double alternative »… J’étais loin du compte et je ne suis pas certain de ne pas avoir utilisé quelques-uns de ces spécimens :

« applaudir des deux mains » (avec une seule ce n’est pas trop pratique!), »mauvais cauchemar » (ils sont rarement rigolos !) , »l’apparence extérieure » (l’apparence intérieure c’est plus compliqué !), « devenir par la suite  » (devenir avant peut provoquer un torticolis !), « un revolver à barillet » (ils sont toujours à barillet !), « dresser les cheveux sur la tête » (où en dehors de la tête ?), « faux prétexte »(le prétexte c’est quelque chose qu’on invente et qui est par essence faux), « un tri sélectif » (paf pour les écolos !  un tri est toujours sélectif), « collaborer ensemble » (tout seul, c’est difficile!), « une dune de sable » (en cailloux ce n’est plus une dune !), « perfection absolue » (même quand on a l’impression de l’atteindre, il faut se dire qu’elle est déjà absolue !), « caserne militaire » (les casernes  sont rarement civiles !), « importer de l’étranger » (importer du pays où on est déjà est assez original !), « hémorragie sanguine » (de quoi d’autre peut-on saigner, à part le sang?)…

Et une dernière pour le prof de droit constitutionnel : « opposer son véto » (veto en latin -n’est ce pas Delphine ? – veut déjà dire « je m’oppose ». Donc, il oppose son véto veut dire il oppose le fait de s’opposer… On préférera « mettre son véto » !

Et dire que ce diable de Nicolas en a encore des dizaines sous le coude… « au jour d’aujourd’hui »,  « on est loin du but final ! » donc « on va reporter à une date ultérieure » pour « optimiser au maximum » « cette opportunité à saisir » que j’ai fait « mitonner lentement » !!! et six pléonasmes de plus !

Publié dans culture | Tagué | 12 commentaires

Les quatre paradoxes XXL de la Présidentielle

CE
Surprenante de bout en bout, cette élection présidentielle sera également celle des paradoxes. A chaud, nous pouvons d’ores et déjà en pointer quatre… et de taille !

1. Le quinquennat a été marqué par une impopularité forte et quasi permanente du Président de la République et de ses Premiers ministres en raison, disait-on dans la rue et chez les frondeurs, de leur politique économique et sociale dont la loi Travail était à la fois l’instrument et le symbole. Or l’élection d’Emmanuel Macron est celle, non pas d’un simple exécutant, mais de l’inspirateur de cette politique : la loi El Khomri ne devait-elle pas s’appeler Macron avant un véto élyséen ? Je connais des électeurs qui ont défilé contre la loi avant de voter pour son auteur… Paradoxe! paradoxe !

2. Les deux triomphateurs du premier tour terminent – au moins à titre personnel – la séquence présidentielle en mauvaise posture. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont réussi des scores historiques pour leur famille politique respective. Pourtant MLP a effacé en deux heures d’un débat calamiteux cinq ans de « dédiabolisation ». Du coup, le recyclage de l’extrême droite à l’italienne s’éloigne. Jean-Luc Mélenchon quant à lui, par son attitude ambiguë au moment de donner les consignes de vote pour le 2e tour, a perdu beaucoup de son crédit et affaibli la perspective de leadership de la gauche contestataire qui lui semblait promis.

3. Les électeurs de droite et de gauche se sont fait plaisir lors de leur primaire respective (« J’ai voté selon mes convictions », entendions-nous dire !). Mais du coup ils ont choisi des candidats fort peu présidentiables. Même avant ses problèmes avec la justice, Fillon, par la radicalité de son projet, avait déjà fait fuir nombre d’électeurs de droite modérée. Hamon quant à lui avait un programme pour gagner un Congrès socialiste, pas pour présider la France. Les électeurs de gauche modérée se sont senti exclus et cela c’est traduit dans les urnes. Moralité : en voulant un candidat bien à droite et un candidat bien à gauche, les électeurs des primaires ont facilité l’élection d’un… centriste !

4. L’élection d’Emmanuel Macron marquerait l’avénement d’une nouvelle ère de la politique française. Ce n’est pas faux mais la nature de celle-ci risque aussi de s’avérer paradoxale. Alors qu’En marche a clairement en ligne de mire l’avénement d’une 6e République, la fragmentation politique et une éventuelle cohabitation (version light avec une majorité relative, version dure en cas de minorité) risque de nous renvoyer à la 4e République et ses coalitions fragiles.

Aucun de ces paradoxes ne m’inquiète vraiment mais notons quand même qu’avec cette présidentielle, Marianne s’est révélée taquine…

Publié dans politique nationale, Uncategorized | Tagué , | 6 commentaires

Le plafond de verre a tenu mais renforçons les fondations

 

Dans les studios de Radio Chalom à 20 h

Le rassemblement des démocrates a permis d’éviter le pire. L’élection d’Emmanuel Macron signifie la défaite du parti de la haine et de l’exclusion dans un contexte de crise économique, sociale et morale favorable à la monté en puissance du populisme.

Félicitations au nouveau président, et souhaitons-lui un mandat, dans une France apaisée, propre à relever les nombreux défis d’un monde dangereux et d’une société qui vacille.

Mais rien n’est joué. Le fameux plafond de verre, qui à chaque élection se révèle un peu plus fragile, a encore tenu, mais il serait irresponsable de ne pas comprendre qu’il est urgent de renforcer les fondations de notre République – Liberté, Égalité, Fraternité, Laïcité – pour éviter l’irréparable.

D’où la nécessité de mettre en œuvre sans délai et sans faiblesse le projet présidentiel. Pour cela, l’étape des élections législatives est capitale. Un vaste rassemblement de toutes les forces de transformation qui se retrouvent sur les grandes lignes de ce projet est impératif pour constituer une majorité solide et durable.

Dans notre département, la conjonction des rapports de force électoraux fait que, divisées et en concurrence, ces forces seront impitoyablement éliminées dès le premier tour.

C’est pour cela qu’en tant que président du PRG 06 et PACA, je lance un appel aux responsables d’En Marche !, du Parti Socialiste, du Front Démocrate et du MODEM pour que nous trouvions les moyens d’être plus forts ensemble au cours de ce scrutin législatif en empêchant une multiplication de candidatures qui ôterait toute chance d’avoir dans les Alpes-Maritimes des parlementaires dans la nouvelle majorité présidentielle.

2017-05-08-NM-Election d'Em manuel Macron - Réaction de Patrick Mottard, président du PRG 06 et du PRG Paca

NICE-MATIN 08/05/2017

Publié dans politique nationale | Tagué , , | 17 commentaires

J’assume…

Emmanuel-Macron

En cette fin de campagne, il est de bon ton de dire qu’il ne faut pas voter Marine Le Pen car son programme économique serait désastreux pour la France (ce que le débat à d’ailleurs spectaculairement confirmé !). Mais il serait contre productif de parler de l’histoire de l’extrême droite, de son idéologie et des drames qu’elle a provoqués dans notre pays. En rappelant cela, on ne tiendrait pas compte de la « colère » et de la « souffrance » de ceux qui votent pour MLP sans rien partager de ses « valeurs » d’extrême-droite (ben voyons !)

Eh bien moi, j’assume. Fils et petit-fils de déportés, mon histoire familiale me conduit impérativement à militer pour que dimanche non seulement Marine Le Pen soit battue mais aussi avec la plus grande marge possible. Précisément parce que xénophobe, homophobe et antisémite, elle est l’incarnation d’une idéologie mortifère pour la République. Et pour cela, il n’y a à pas tourner autour du pot : il faut voter Emmanuel Macron.

Lundi sera un autre jour, nous retrouverons nos débats.

Il y aura ceux qui comme moi pensent que la lutte contre le communautarisme est la priorité des priorités et ceux qui ne le pensent pas.

Il y aura ceux qui ne veulent pas de la loi travail et ceux qui considèrent que c’est un progrès social.

Il y aura ceux qui veulent une Europe fédérale et ceux qui la refusent.

Il y aura ceux qui veulent dialoguer avec Poutine et ceux qui ne veulent pas.

Il y aura ceux qui sont pour la légalisation du cannabis, la GPA ou l’euthanasie et ceux qui font de la résistance.

Etc. Etc. Etc.

On aura tout le temps pour cela. Il paraîtrait même que des élections législatives seraient organisées en juin (!)

Mais en attendant, ne nous trompons pas de combat et préservons la République de la peste brune en votant, comme Yanis Varoufakis et Barak Obama, Emmanuel Macron.

Publié dans politique nationale | Tagué , , | 11 commentaires

Bouly nous a quittés !

Victor Lanoux, Un éléphant...

Victor Lanoux est mort. Les médias évoquent principalement la disparition de Louis la brocante le personnage de la populaire série TV du service public (le hasard a voulu qu’en octobre je croise le célèbre Tube Citroën de Louis au salon de l’auto où il était exposé).

Mais pour moi Victor Lanoux restera « Bouly », son personnage dans les deux comédies d’Yves Robert, Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis. Au côté des personnages de quadras immatures joués par Jean Rochefort, Guy Bedos et Claude Brasseur, Bouly est un père de famille nombreuse qui se révèle être un séducteur impénitent à la fois exaspérant et émouvant.

Je n’oublie pas non plus le solaire Cousin, cousine de Jean-Charles Tachella où il joue avec Marie Christine Barrault un couple adultère tendre et gai.

Au revoir Victor Lanoux.

Heureusement, il nous reste Bouly, lui est éternel!

IMG_0536

Publié dans Uncategorized | 10 commentaires

Ouf ! Marine Le Pen n’est pas seulement d’extrême droite , elle est nulle !

Ce débat aura eu un immense mérite : éclairer les français sur le vide abyssal du programme de Marine Le Pen. De meetings en interviews convenues, elle avait réussi à faire croire qu’elle jouait dans la cour de grands. Le débat a fait crever la bulle. Je ne pensais pas avoir un jour un sentiment de malaise – presque de pitié – devant l’incapacité de la candidate du FN à répondre aux questions des journalistes et d’ Emmanuel Macron.

Jouant à contre emploi dans la partie économique (on aurait dit une candidate d’extrême gauche) et sur la politique internationale (elle a fait du sous gaullisme) elle n’a même pas réussi dans la séquence sécuritaire à contrer Macron  dont ce n’est pourtant  pas le point fort. Mais c’est surtout l’absence de propositions sérieuses dans tous les domaines qui était spectaculaire… De la poudre de perlimpinpin a dit fort justement son adversaire ! Du coup, la prestation tout à fait réussie d’Emmanuel Macron risque de passer au second plan suivant l’adage qu’à vaincre sans péril on triomphe sans gloire !

Hélas ! Un débat même édifiant comme celui-ci ne fait pas l’élection, il faut donc ne pas baisser la garde jusqu’à dimanche…

Publié dans Uncategorized | 31 commentaires

L’extrême droite est toujours l’extrême droite

Le Front National n’est pas un parti comme les autres, que les apprentis sorciers de tout bord en soient persuadés. Rappelons aux uns qu’il n’y a pas de normalisation de l’extrême droite en France et aux autres que les alliances rouges-brunes ont toujours abouti à des drames.

Pour se rafraîchir la mémoire, il suffit de faire un récapitulatif des piqûres de rappel (je me refuse à parler de « dérapages ») que nous inflige l’équipe Le Pen tout au long de la présente campagne :

– Le nouveau Président par interim nommé par Marine Le Pen elle-même, le discret Jean-François Jalkh, s’avère être un négationniste des chambres à gaz. Pour ceux qui comme moi ont fait une douzaine de fois la visite d’Auschwitz, ces propos sont à vomir.

– Dans le même registre, l’élu régional PACA Benoît Loeuillet a fait part, il y a quelques semaines, de son scepticisme sur la réalité de la Shoah.

– La diatribe homophobe de Jean-Marie Le Pen à propos du policier tué par les islamistes sur les Champs Elysées, des propos d’autant plus scandaleux qu’ils n’ont fait l’objet d’aucune condamnation officielle de la candidate et ont servi de teaser au discours anti mariage gay de Marion la nièce.

– La candidate elle-même dédouane Vichy de toute responsabilité dans la rafle du Vel’d’Hiv revenant sur un consensus courageusement réuni par Jacques Chirac.

Ces propos non seulement rappellent la nocivité intrinsèque de l’idéologie de l’extrême droite mais aussi sa capacité à contaminer le corps social avec la complicité de certains dirigeants politiques irresponsables. Ainsi, en début de campagne, j’avais dénoncé sur ce blog les dérapages des équipes Fillon et Hamon (voir mon billet du 11 mars 2017). Au dernier CN du PRG, c’est aussi l’anecdote hallucinante que m’a rapporté l’élu d’une grande ville du Nord. Alors qu’il expliquait à une élue de gauche qu’il allait voter Macron celle-ci lui a rétorqué « Mais tu ne vas pas quand même voter pour la banque juive! »  Où va-t-on ?

Vichy n’était pas une maladie provisoire dont la République se serait débarrassée à la Libération, c’est un mal profond tapi dans les entrailles de la France du ressentiment et de la haine. L’extrême droite en est son symptôme visible. Eradiquons le dimanche prochain.

Publié dans politique nationale | Tagué , | 23 commentaires