Ce soir, Marlène a le blues…

Rideau. Après huit représentations publiques, une générale, une représentation presse, de multiples séances de conception et de répétition et une dédicace à la librairie Massena, La caresse de Marlène c‘est fini. Du moins provisoirement.

Ce fut un magnifique succès public avec des salles pleines chaque soir, chaque matinée… Notre mode de réservation spécifique à tarif réduit ne nous permet pas de figurer dans le classement des succès enregistrés par Billetreduc mais n’en doutons pas Marlène, qui n’est pas une comédie, était – a minima – dans le trio des succès niçois de la quinzaine.

Ce fut aussi un magnifique succès critique avec bien sûr le coup de coeur de Nice Matin puis le superbe article de Laure Bruyas mais aussi des après spectacle-dédicace élogieux  pour la mise en scène, les acteurs et… l’auteur. Doublés souvent d’une réelle émotion. Succès critique également très présent dans le ruissellement des réseaux sociaux.

Ce fut surtout une magnifique aventure humaine.

Avec Fabienne Colson et sa mise en scène unanimement saluée. Une Fabienne  victime de la double peine. J’ai en effet la réputation d’un auteur difficile à mettre en scène (n’est ce pas Bernard ?) mais  très peu interventionniste une fois le manuscrit délivré.   Fabienne a eu un auteur difficile à adapter mais qui plus est inhabituellement interventionniste. Mais c’est avec gentillesse et talent qu’elle a relevé le défi.

Avec Marie-Pierre Génovèse et son hypnotique chorégraphie de l’acte 2 qui a impressionné et ému de nombreux spectateurs.

Avec Richard Zanca, acteur professionnel, qui a jonglé avec un emploi du temps bien chargé pour jouer avec une conviction presque troublante ce rôle de Gaëtan qui – il me l’a confié – ne l’a pas laissé intact. Avec mon autre complice : Christophe Compain pour son rôle de double juvénile si juste et si complémentaire.

Avec Sabrina Paillé et Lucie Ratel qui tout de rouge vêtues ont incarné, chacune une semaine, deux Marlène aux personnalités différentes mais à l’âme commune.

Avec Jean-Christophe Vecchi et Michel Ausseil et leurs doubles rôles. Mais aussi pour leur force comique, salutaire respiration dans l’atmosphère lourde du premier acte.

Avec Émilie Boudet et sa fascinante séquence brésilienne renouvelée chaque soir.

Avec Valérie Lhéritier et son talentueux numéro d’équilibriste entre Éros et Thanatos.

Avec Chantal Galmiche qui a donné une dose d’humanité à son implacable personnage y compris dans l’avant spectacle.

Avec Zelie Bonge et l’émouvante fraicheur de sa composition.

Avec François Lahaye et son humilité fraternelle.

Avec Patrick Carnicelli, le scénographe présent sur scène pour la dernière.

Avec Pierre de Châlon sur Saône, le régisseur.

Avec Didier de Médiapart, Corinne de Nuit d’Ivresse et Dominique BM pour leurs neuf chaleureuses présences cumulées.

Depuis un mois, vous êtes un peu une nouvelle famille pour moi. Alors comment ne pas avoir ce soir en vous quittant, comme Marlène, le blues ?

 

 

 

 

 

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans coups de coeur, littérature-théâtre, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

51 commentaires pour Ce soir, Marlène a le blues…

  1. Fernand Gasiglia dit :

    J’ai énormément apprécié ton écrit. Le texte est plein d’humour, c’est d’ailleurs du Mottard tel qu’il est, et en même temps mûrement étudié sur les faux culs qui gravitent autour de nous et sur les souvenirs des êtres aimés et disparus dont fait partie l’héroïne qui a su donner un jour éternel une caresse inoubliable. Beaucoup d’idées géniales! La présence de l’hôtesse qui nous accueille, le comique de la situation lorsque le mort fait ses deux apparitions de derrière le cercueil, les reprises acerbes face aux intervenants mielleux ou critiques. Et puis ce deuxième acte sublime dans l’idée d’un univers nébuleux où les perdus de vue se recherchent et se retrouvent au long d’un ballet interminable que j’aimerais voir plus virevoltant parfois sur une musique douce. Ma femme ne partage pas cet avis et trouve très bien cette marche lente qui évoque la tristesse des disparus. Un mot sur la mise en scène excellente de Fabienne résumée dans mes réflexions ci-dessus. Un grand bravo pour ce spectacle qui nous a bien plu. Amicalement Ton ami Fernand.

    ..

  2. Richard Zanca dit :

    Comme dirait Patrick Mottard , nous entrons dans la phase du BLUES DE MARLENE . C’était la 8ème et dernière cet après midi. La salle était remplie comme pour les 7 précédentes. Merci pour cette aventure particulière où les émotions nous ont envahi sur scène et dans le public. Merci Dominique Boy Mottard , Marie-Pierre Genovese, Pierre Cholley et Fabienne Colson . Merci à toute la TEAM sur scène . A bientôt, car ce n’est qu’un au revoir

  3. Christine Bur Chiurchi dit :

    Moi aussi j’ai beaucoup aimé, plus que la précédente. J’ai trouvé la trame de l’histoire très bonne. On aimerait tous je crois savoir ce que nos proches diront de nous au moment du passage…retrouverons nous ensuite ceux qui ont traversé notre vie ? Un grand sujet auquel Patrick donne une proposition de réponse. Un bon moment.

  4. Je n’ai pas le compliment facile en matière de spectacle (même si à l’occasion je respecte les convenances) mais j’ai été impressionné par la qualité, la rigueur et la beauté visuelle de la mise en scène de Fabienne. C’est à la fois profond sans être pompeux, inventif sans être prétentieux, et le texte est parfaitement mis en valeur, ce qui me semble l’essence même de toute mise en scène qui se respecte (et respecte l’auteur). À l’évidence elle a beaucoup réfléchi et travaillé, et ce sacrément bien. Le résultat est à la hauteur.

  5. CODANI dit :

    Un simple détail, bassement financier: Médiapart ne m’a jamais versé le moindre centime concernant « La caresse de Marlène ».
    Si j’ai écrit pour commenter l’environnement de cette pièce ce n’était donc pas pour l’argent.
    Ce n’était pas non plus pour la gloire, j’étais déjà équipé avant d’arriver à la première représentation…

    Je crois que c’était une fois encore par pure sympathie.
    Sympathie pour un auteur qui s’escrime à faire jouer des textes fabuleux dans quelques mètres carrés magnifiés par une mise en scène talentueuse.
    Sympathie pour tous ceux qui ont écrit et décrit cette pièce bien mieux que moi, et celle en particulier qui a su en extraire la quintessence pour me donner une fois encore l’envie de venir.
    Sympathie pour une troupe qui mène presque à l’unanimité une double vie entre la passion du théâtre et les exigences alimentaires de la vie quotidienne.
    Sympathie pour celui qui « primus inter pares » de « La caresse de Marlène » reste si modeste dans son talent en reconnaissant celui de tou(te)s les autres.
    Sympathie pour ceux que j’ai entrainé avec leurs épouses (légitimes) dans ces soirées-théâtre improvisées entre le « 111 » qui est « au coin de la rue là-bas » comme le chantait PIAF, et « l’Eau Vive » où juste après diner nous avons dégusté.

    Plus que de la sympathie pour celles qui m’ont à chaque soir témoigné leur confiance en m’accompagnant dans ce petit théâtre en sous-sol aux allures de noir donjon pour aider à vivre et faire vivre un lieu de culture et de spectacles de qualité au cœur de Nice.
    Un merci plus appuyé, peut-être, pour celle qui m’a permis de suivre cette pièce avec ses yeux au moins autant qu’avec les miens, la troisième fois.
    « Le véritable voyage ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais de voir avec d’autres yeux. »

    Ce fut un honneur et un privilège que d’assister à votre travail durant ces deux semaines, et d’être assisté par des amis et amies d’une telle cordialité pour survivre à trois représentations et deux « Marlènes » aux caresses si proches et si différentes.
    Je ne donne pas de nom, car il me faudrait les donner tous, et pour certains, pour certaine, cela m’est impossible. Mais toutes et tous s’y reconnaitront.
    Bravo à toutes et à tous, et vraiment, au plaisir de vous revoir.
    Didier CODANI

  6. Marc Beneveniste dit :

    La pièce de très belle écriture , te ressemble énormément. J’ai été séduit par les parties où sont disséqués les rapports sociaux. C’est la raison pour laquelle j’ai beaucoup aimé la figure du père. Les passages qui précèdent , au crématorium , sont saisissants. La figure du syndicaliste et de l’ami constituent des moments rares, très bien interprétés. Sais-tu que ton texte est éminemment lacanien, au sens où les êtres humains ne font que se croiser sans se rencontrer ?

  7. Isabelle Baud dit :

    Un texte magnifique, une mise en scène d’exception. Bravo !

  8. Dominique Boy-Mottard dit :

    Hâte de voir le film d’Eric : il m’aidera à supporter le manque ! Encore bravo à vous tous.

  9. Sabine Venaruzzo dit :

    Il fallait « oser » et merci pour ce moment tendre drôle délicat sensible étrange

  10. Michèle Bottaro dit :

    Une ecriture à la fois poetique et réaliste, servie par une mise en scène originale et futée qui colle parfaitement au propos. On se laisse embarquer. Bravo à tous. 👏

  11. Martine Fauq dit :

    Un après-midi enchanté, une pièce qui divertit mais aussi qui fait réfléchir : sur la vie, l’amitié, l’amour, la mort et la conception qu’on peut avoir de l’au-delà. Bravo Patrick, Fabienne et tous les autres qui ont mis cette histoire en valeur. En attendant la prochaine. A bientôt.

  12. Monique Dozsa dit :

    . J’ai adoré l’interprétation en style cureton compassé dégoulinant de mièvrerie du délégué syndical ! Sur le fond, plein de choses à dire mais ce qui m’a beaucoup intéressée, en particulier, c’est le bref – mais essentiel – échange Gaëtan/Marlène sur la non-paternité/maternité

    Sur l’amour, seule vraie entrée en relation, quand bien même ce serait dans la mort, bcp de choses à dire en lien avec mon propre cheminement par la voie de la théologie

  13. Paule Mazé dit :

    magnifique réussite, une mise en scène qui colle exactement au texte ! ma une fausse note , une troupe de qualité devant un public enthousiasmé . je me suis régalé d’un bout à l’autre noyée dans une salle comble !!! BRAVO ET JE DIRAIS MÊME BRAVISSIMO !!!!

  14. Muriel Soulier dit :

    Une mise en scène délicate pour un sujet pas banal, j’ai été très enthousiasmée par le représentation. Bravo à toute l’équipe!

  15. Claire Pisigo-Lloric dit :

    Excellente pièce , et une mise en scène hypnotisante dans la deuxième partie !

  16. Patricia Cesari dit :

    Tout le monde a trouvé ta ^pièce formidable très belle mise en scène et un beau regard sur la vie que nous traversons à travers les autres .

  17. Maryvonne dit :

    Mon amie et moi avons beaucoup aimé ta pièce . Nous avons dû partir très vite sans te féliciter mais le coeur y était. Le coup de coeur de Nice -Matin a peut être contribué au succès mais c’est mérité

  18. Didier Theron dit :

    nous avons adoré, beau texte et très belle mise en scène

  19. Nicole Attia dit :

    Félicitations, très belle pièce ! émouvante et fine.

  20. Vimala Andee dit :

    Très belle pièce, comme toujours !!! merci pour ce beau moment

  21. Frédérique Ghauri dit :

    Formidable moment ce dimanche

  22. Slah Jeribi dit :

    Très belle pièce de théâtre de Patrick Motard, je vous conseille d’aller la voir au théâtre de l’eau vive

  23. Fabienne Riganelli dit :

    C’était superbe, troublant.

  24. Corinne Meyer dit :

    Il faut se laisser embarquer vers l’autre rive ou l’amour nous attend … le voyage entre réalité et rêve est bien mené : Bravo aux acteurs portés par une mise en scène qui ouvre la porte De l’imaginaire. allez les voir ! —

  25. Christel Scheid dit :

    C’est simple:allez voir Marlene, tout simplement parce que sa caresse est douce et les acteurs sont horriblement bons.

  26. Catherine Castoriano dit :

    N’hésitez pas à aller apprécier cette pièce de Patrick Mottard, la mise en scène de Fabienne Colson ,les acteurs De l’Eau Vive.

  27. Émilie Boudet dit :

    Venez-vous laisser caresser par le doux balancement de l’au delà où -espoir- l’amour est encore possible !

  28. Sabrina Paillé dit :

    Un vrai vrai bonheur que cette pièce ! Une troupe d’enfer ! Un duo metteur en scène et auteur extraordinaire !

  29. Michel Hassan dit :

    Nous avons beaucoup aimé …

  30. Aziza Ben Jemia dit :

    J’ai adoré la pièce !

  31. Simon Eine ( sociétaire honoraire de la Comedie Française) dit :

    Bravo! Très beau travail de la troupe de Fabienne Colson!

  32. Evelyne Toboul dit :

    Un grand moment .

  33. Sarah Essaoui dit :

    Nous avons passé un très agréable moment, auteur est très talentueux

  34. Frédérique Grégoire dit :

    Bravo à tous !!!

  35. Thierry Tirbois dit :

    Félicitations Patrick✨❗

  36. Pascal Sevan dit :

    Il est question de l’incommunicabilité entre les hommes ( et les femmes) comme dans les films d’Antonioni mais pour celui ci la relation amoureuse en est un peu le symbole . Dans La Caresse elle est plutôt la faille et peut être l’espoir ! La mise en scène très juste et l’interprétation des deux Gaëtan servent bien le message…

  37. Fabien Guilluy dit :

    Bravooooo

  38. Bernard GAIGNIER dit :

    Bravo à toutes et tous, à l’auteur pour sa belle écriture à mes amis les comédiennes et comédiens et à Fabienne pour sa belle mise en scène. Je vais répondre à ta question Patrick et en confirmant… oui c’est très difficile de te mettre en scène……Pour reprendre une formule de notre ami Didier, moi qui suis un spécialiste du théâtre mottardien, j’ai pris quelques suées, et quelques nuits d’angoisses à chaque fois que tu m’as remis les textes, lors de précédentes créations avec cette question….mais comment vais je faire????
    Et là en sortant du spectacle je me suis dit qu’aurai je fait…
    mieux surement pas
    Différent evidemment (chaque metteur en scène a sa vision)
    mais comment … j’en sais rien…

  39. Monique Di Pietro dit :

    Merci beaucoup , un beau moment nostalgique

  40. Isabelle Chrd dit :

    Merci pour ce beau moment de partage sur ce sujet qui me questionne tant…

  41. Valerie Monka dit :

    Nous avons passé une excellente soirée , encore 1000 bravo

  42. Emmanuel dit :

    Bravo a tous ! L’amour et la mort, c’est la grande comédie humaine. A la prochaine Patrick !

  43. André Leber ( Les amis du théâtre) dit :

    La dernière représentation de « La Caresse de Marlène », dont nous avions vu la répétition le 21 janvier, a eu lieu hier dimanche après-midi au Théâtre de L’Eau-Vive.

    Cette dernière pièce de Patrick Mottard mise en scène par Fabienne Colson a rencontré un grand succès durant la quinzaine. Nous tenons à remercier Fabienne qui nous invite à des répétitions, nous offrant ainsi ces moments de réflexion sur le travail effectué dans la préparation d’un spectacle.

  44. Odile Menozzi ( Présidente du Mouvement Européen 06) dit :

    Bravo à vous tous 👍

  45. Jean-François Laperrouzaz dit :

    Vendredi dernier, nous avons encore passé une agréable soirée grâce à
    l’amicale simplicité de la conjoncture Mottard-Eau vive.
    Dans le résumé de ta dernière pièce tu avances que « l’amour est plus fort
    que la mort » alors que tu ne peux nier développer dans dans l’intégralité
    du texte que c’est la mémoire qui est plus forte que la mort.
    La mémoire engendrant le souvenir. Souvenir qui permet de faire perdurer la
    haine, les habitudes, l’amour, …
    J’émets ce que je crois constater tout en précisant qu’au lycée j’ai
    toujours eu de très mauvaises notes en philosophie, …. il faut être
    indulgents avec les « matheux » .

  46. Jean-Claude Binoche dit :

    belle interpretation j’ai aimé LES RÔLES PRINCIPAUX mais les autres aussi avec mention pour la danseuse amoureuse brésilienne

  47. Fabienne Colson dit :

    Merci a Patrick Carnicelli pour la scénographie de l acte 1 qui participe au rendu global.

  48. Fancine Lalouch dit :

    la deuxième partie trop belle et poétique

  49. Anne Richardot dit :

    Super star notre Lucie

  50. Cédric Lambertin dit :

    Richard Zanca un nom à retenir même si tous les autres sont bons

  51. penelope dit :

    l’amour, plus fort que la mort, quelle justesse de réflexion !!..et le second acte qui pose la question de l « âme .. .on se laisse embarquer par le croisement des révélations des personnages et qui ne rêve pas d’être une Marlene !! Un grand moment .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s