Municipales : pour une politique culturelle des publics

Nous poursuivons avec Dominique Boy-Mottard et Marc Concas notre contribution au débat municipal : aujourd’hui la culture.

La culture est un véritable Droit de l’Homme, en rendant le citoyen plus libre, elle est un vecteur d’émancipation. C’est pour cela qu’en République chacun doit pouvoir bénéficier de ses bienfaits.

L’offre culturelle de notre ville soutenue par de nombreuses institutions (TNN, Opéra, cinémathèque, BMVR, Conservatoire, deuxième offre muséale de France…) est conséquente et financièrement accessible. Mais les populations qui en jouissent restent très minoritaires (comme au niveau national où les rares études montrent – qu’au mieux – seulement un quart de la population a une véritable pratique culturelle).

Par conséquent, il faut enfin admettre qu’une démocratisation de la culture ne passe plus uniquement par l’enrichissement de l’offre culturelle mais aussi par une action constante, ciblée et concentrée sur la demande. Sous le ministère de Lang, la fréquentation des musées a augmenté de 60 % mais le public – autour de 25% de la population – était resté le même… En clair le public déjà cultivé profitait à plein des animations nouvelles et des expositions temporaires !

Une grande ville comme Nice peut réussir cette véritable démocratisation de la culture en ouvrant celle-ci à de nouveaux publics.

Cela pourrait commencer par exemple par des Etats Généraux de la culture où les partenaires institutionnels (mairie, Métropole, département…), les forces vives de la Culture (Compagnies, associations, organisateurs…) mais aussi les acteurs du social pourraient élaborer ensemble un vaste plan de démocratisation de la culture basé principalement sur la Médiation.

Cela n’empêche pas d’avoir d’ores et déjà des pistes à exploiter dès le début du mandat.

Ainsi, en liaison avec l’Éducation Nationale, faire intervenir des médiateurs culturels   dès le plus jeune âge dans les crèches, maternelles, écoles primaires (qui relèvent de la compétence de la municipalité). Cette médiation pourrait être réalisée également par des artistes spécialisés avec des résidences en crèche et en milieu scolaire.

Considérablement augmenter la capacité d’accueil de l’école municipale d’Art, les pratiques amateurs étant l’école de la deuxième chance de la médiation culturelle.

Jumeler, comme cela a pu se faire ailleurs avec succès, les nombreuses institutions de prestige de notre ville avec un quartier de celle-ci.

Faire de Mars aux Musées, la seule manifestation culturelle de la ville véritablement transversale, pédagogique et pratiquement initiatique, la vitrine de cette politique de médiation en mobilisant ressources et moyens humains pendant tout un mois au profit des nouveaux publics.

En toute transparence, une étude du public actuel de la culture devra être faite au début du mandat pour pouvoir juger à la fin de l’impact réel de cette politique d’élargissement des publics de la culture.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans culture, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Municipales : pour une politique culturelle des publics

  1. Benjamin Ducongér dit :

    Je profite de ce billet pour souligner le formidable festival C’est Pas Classique organisé par le Département qui permet un accès pour tous les publics à des spectacles exceptionnels !

  2. Aurélie Péglion dit :

    A Cannes et à Carros ils ont depuis de nombreuses années un dispositif : 100% EAC ( éducation artistique et culture) tous les enfants de la maternelle au lycée voient des spectacles et on des projets de médiation tous les ans le long de leur cursus….

  3. Gérard Chiurchi dit :

    Par contre au niveau de la chanson française dite  » à texte », c’est le néant total. Il faut aller dans le Gard, à Barjac exactement, pour y voir et entendre un festival consacré à ce genre artistique.
    1

  4. Bernard Gaidnier dit :

    Je suis bien entendu d’accord avec ce programme.
    Mais il faut se prononcer sur le programme du maire concernant le TNN. Et la personnellement je ne suis pas d’accord. Supprimer un Theatre de 2 salles avec 1200 places au total et une très belle salle de répétition pour le remplacer par une salle de 420 places me parait ahurissant pour la 5 eme ville de France qui d’après moi ne gardera pas longtemps un statut de scène nationale ainsi.
    Je ne doute pas que la nouvelle salle soit très belle mais largement insuffisante.
    On démolit le palais des congrès pour faire quelque chose de mieux c’est bien.
    Mais la on s’ampute de moyens.
    L’argument qui consiste à dire que le Theatre aujourd’hui ne fonctionne que 3 jours par semaine et n’est pas plein n’en est pas un.
    Du temps de Daniel Benoin le Theatre était très utilisé et tout le temps rempli.
    II s’agit plutôt du résultat de la mauvaise gestion d’Irina Brooks dont a surtout bénéficié le Theatre d’Antibes.
    1

  5. jean-marie dit :

    Ce n’est pas un programme puisque gauche autrement ne va pas se présenter et que s’il le faisait il serait perçu comme un des responsables de la déroute de la gauche qui s’annonce de toute façon ce qui serait fort de café puisque qu’il a été à l’origine d’un appel au rassemblement
    En l’absence de CIOTTI et de la république en marche, d’un candidat RN dont le passé identitaire reviendra dans la campagne ESTROSI devrait être réélu dès le premier tour
    les verts devraient faire un bon score puisque en incluant le parti animaliste et se débarrassant de l’étiquette gauche ils vont rassembler les propriétaires d’animaux et ceux qui s’inquiètent du climat … viva ne devrait pas avoir de sièges reste le cas ALLEMAND qui peut sauver le sien en mettant le tramway pour L’Ariane au programme…
    Pour gauche autrement il est très ou trop tard soit il présente une liste en obligeant ce qui reste du PS à forcer ALLEMAND de refaire le coup 2014 en s’unissant, soit il ne se présente pas ou alors il prend le maire au mot puisqu’il veut les meilleurs en dehors de toute étiquette politique
    un Patrick Mottard à la culture PAR EXEMPLE

  6. Ping : Spectacle vivant et nouveaux publics : le vertige de la page blanche | Le blog de Patrick Mottard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s