Betty Blood vampirise la campagne présidentielle

Première semaine de ma nouvelle pièce Betty Blood Présidente au théâtre de l’Eau Vive : quatre représentations devant des salles pleines, enthousiastes et participatives.

Un spectacle, ce n’est pas simplement un texte écrit en solitaire par l’auteur mais l’osmose du manuscrit, de la mise en scène, de la régie et bien sûr de l’interprétation en un objet théâtral qui au final appartient à tous. Betty Blood est donc bien une aventure collective. Réussie !

La mise en scène de mon vieux complice et parrain de théâtre Bernard Gaignier est au final très fluide malgré ses trois décors et ses cinq tableaux au service d’une histoire complexe à dérouler (je suis coutumier du fait, ce n’est pas pour rien que je suis devenu le cauchemar des metteurs en scène). Il faut dire qu’il a été secondé avec talent par Patrick Carnicelli pour la scénographie avec l’aide de Jean-Pierre Grégoire pour les décors. La régie d’Evelyne Ferrara est également essentielle pour la réussite d’une mise en scène où musique et éclairage sont très importants pour distiller les atmosphères.

Pour l’interprétation, j’avoue que l’auteur est bluffé par des comédiens qui ont si bien su interpréter et prolonger ses mots.

Zoé Concas avait la lourde responsabilité du rôle titre. Grâce à elle, tout le monde aime Betty Blood cette « chouette fille ». Souvent piquante et drôle, elle est émouvante dans son duo d’amour contrarié avec Jonathan – Laurent Despoisse. Ils réussissent à merveille une scène finale techniquement plutôt difficile à gérer. Un Laurent que j’ai retrouvé avec bonheur pour la troisième fois dans une de mes pièces avec le personnage de post adolescent un peu naïf que je voulais pour Jonathan.

Le duo des vampires Philippe Testori – Marc Concas est désopilant. Philippe en E.T. de l’hémoglobine met la salle de son côté dès sa première apparition et les enfants l’adorent. Marc en dandy amateur de grands crus carminés est tour à tour prétentieux, lèche-bottes et geignard et le public adore le détester… gentiment. Leur rivalité symbolisé par un duel à la Sergio Leone est un vrai choc de civilisation.

Didier Veschi lui a hérité du personnage Président Draculescu. Par sa démesure et son sens du comique, il fait de son rôle beaucoup plus que le bureaucrate un peu gris que j’avais imaginé. Un Draculescu flamboyant qui n’hésite pas à jouer avec le public ou à intégrer dans son texte des private joke extraits de ses longs tête à tête avec les spectateurs qu’il accueille pendant l’avant spectacle.

Lucile Fraimout-Gaignier est un peu la coccinelle de Gotlib que j’avais imaginé pour donner du liant à l’histoire très séquencée. Sa contribution est d’autant plus précieuse qu’elle a collaboré à la création des chorégraphies de la pièce.

Mais la patronne des chorés, c’est Frédérique Grégoire-Concas. C’est la mission que je lui avais assignée. Vu l’enthousiasme du public qui accompagne à chaque représentation les trois morceaux de bravoure, on peut dire que celle-ci est accomplie avec brio. Broadway nous tend les bras. FGC en Lucy a aussi inventé une phrase culte : « Il ne faut pas Lucie faire ! » .

Un mot enfin sur Bernard acteur : son interprétation de Van Helsing en « sachant » à la fois bienveillant et sentencieux est dans la lignée d’un certain nombre de rôles qu’il a déjà joué dans sa carrière et qui ont fini par en faire un personnage à part entière.

Côté public qu’il me soit permis de rappeler que lors de la première grâce au partenariat du Théâtre de l’Eau Vive et du Petit Théâtre des Affranchis, j’ai pu inviter une délégation de résidents du Foyer de l’enfance avec leurs accompagnateurs. Du beau travail dans le cadre de notre démarche « Nouveaux Publics » puisqu’après la représentation tous les gosses voulaient faire du théâtre. A noter aussi, vendredi, une importante et sympathique délégation de l’école Rothschild 1 venue soutenir leur collègue Zoé. Samedi c’est Madame Nucera qui m’a fait l’honneur une fois de plus d’assister à une de mes pièces.

Le spectacle vous attend en deuxième semaine à partir de jeudi. Je ne vous cache pas que je vais trouver le temps très long !

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans Spectacle vivant, Théâtre, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Betty Blood vampirise la campagne présidentielle

  1. Michlle Bottaro dit :

    Beaucoup de trouvailles et autant d’occasions de rire dans cette pièce satyrique aux accents disons…saignants. Mais, malgré l’hémoglobine qui coule à flot dans les perfuseurs et les verres, je les aies trouvés bien sympathiques ces vampires prêts à refaire le monde , à la fois dépaysants et proches de nos gouvernants , et toujours prêts à danser sur les bons vieux tubes. Bravo à toute la troupe. !

  2. Eveline Morineau dit :

    Belle soirée
    Bravo à toute l’équipe et à l’auteur

  3. Irène Fiore dit :

    Patrick nous avons passé une excellente soirée. Bravo pour le texte, et les comédiens talentueux qui mettent en valeur ta plume .

  4. Chantal Jamet dit :

    Bien écrit, on rit, on participe, on interagit avec les comédiens qui sont superbes de naturel et vous font passer du rire à la chanson… attention un diabolique personnage vous entraîne à l’improvisation ! Génial et merci à l’auteur pour ce texte empli d’allusions électorales ! Allez-y, vous allez vous détendre et passer un moment délicieux avec eux ! 🥰🌈👌

  5. Chantal Martino dit :

    Loufoque à souhait. Nous avons passé une bonne soirée

  6. Christine Puyalte dit :

    Super moment de détente et de rire
    Bravo à toute l’équipe !!!!

  7. Michel dit :

    Une troupe super à l’énergie communicative. C’est drôle , c’est sympa , les décors sont beaux et en plus ça finit bien 🙂 ??

  8. Bernard Gaignier dit :

    Merci Patrick pour cette analyse, ces commentaires….et surtout de nous avoir écrit ce texte.
    C’est toujours un grand moment de découvrir un texte…. écrit pour nous …..
    En général la question que je me pose avec les textes de Patrick….. C’est « comment je vais faire »
    Là je dois dire que j’ai assez vite vu ce qu’on pouvait en faire.
    Mais évidemment tout ça c’est possible grâce a la belle équipe que nous formons…. Au fil des années de nos créations depuis 7 ans nous sommes avant tout un groupe d’amis presque une famille.
    La devise des 3 mousquetaires un pour tous tous pour un c’est la nôtre

  9. Suzanne Hugon dit :

    bravo à tous et toutes, merci pour ce clin d’oeil d’humour et de légèreté,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s